Menu Close

Ensemble Scholastica

Fondé en 2008 par la musicologue Pascale Duhamel, l’Ensemble Scholastica est le seul ensemble vocal professionnel québécois se consacrant à l’interprétation du chant liturgique médiéval monophonique et polyphonique (période de 800 à 1300 apr. J.-C. environ). Pour l’étude et l’interprétation ce répertoire, nous puisons directement dans les manuscrits médiévaux, mais pas uniquement au nom de « l’authenticité historique ». Notre but est également de faire découvrir au public la délicatesse et la beauté pure de la musique médiévale, en particulier des traditions liturgiques qui constituent la source même de la musique occidentale. Il peut ainsi faire l’expérience de la joie et de la complexité remarquables qui caractérisaient la culture et la spiritualité de l’Occident médiéval.
Cherchant à étendre son répertoire, l’Ensemble Scholastica a participé ces dernières années à de nombreux projets. Au cours des années à venir, nous nous intéresserons tout particulièrement à la musique liturgique de la Nouvelle-France; notre ensemble possède en effet une expérience et une formation tout indiquées pour explorer ce répertoire encore rarement interprété.

L’Ensemble est composé de chanteuses talentueuses et dévouées, issues du milieu florissant de la musique ancienne à Montréal. Certaines d’entre elles jouent également de divers instruments de musique. Rebecca Bain, spécialisée en musique médiévale, dirige l’Ensemble Scholastica depuis 2012.

  • L'ensemble
  • La musique
  • L'interprétation
  • Voix de femmes

L'ensemble

Fondé à l’automne 2008, le groupe vocal féminin Ensemble Scholastica a donné son premier concert en avril 2009. Il se consacre à l’interprétation du chant grégorien et des polyphonies médiévales. Son approche privilégie la notation originale de ce répertoire dans les manuscrits médiévaux. L’étude minutieuse des sources originales de cette musique ne se fait pas uniquement au nom de l’authenticité. Elle cherche à révéler la beauté pure des traditions liturgiques médiévales. L’interprétation résultant de cette recherche témoigne d’une variété rythmique surprenante et de l’ornementation originale de la ligne mélodique médiévale, et elle saisit la fluidité et l’interaction des lignes mélodiques de la polyphonie médiévale.

L’ensemble porte le nom de Scholastica (VIe siècle), la soeur de St-Benoît, fondateur de l’ordre bénédictin, qui a particulièrement marqué son époque en tant que mère de la vie monastique féminine en Europe. Le nom fait également référence à la scholastique, mouvement intellectuel très influent à partir du XIIe siècle. Des scholastiques célèbres comme Pierre Abélard et Thomas d’Aquin ont cherché à créer un ordre à partir du savoir de l’époque, enrichi des nouvelles formes de connaissance qui arrivaient en Europe. Leurs collègues du monde de la musique comme Pérotin le Grand et ses disciples, ont pour leur part voulu créer un style plus ordonné de composition à partir des anciennes traditions. Il en a résulté la forme musicale organum, ou musique « organisée ».

La musique

Nous connaissons le chant grégorien comme étant avant tout la musique religieuse de l’Église catholique et par la pratique qu’en ont les monastères. L’origine de ce chant remonte aux VIIIe et IXe siècles, lorsque les Carolingiens (en commençant par Pépin le Bref, père de Charlemagne) ont imposé le plain-chant romain à tout leur territoire. Comme plusieurs traditions de plain-chant existaient déjà, un phénomène d’hybridation entre les traditions locales et la tradition romaine a donné le jour au chant grégorien, nommé d’après le Pape Grégoire le Grand (VIe siècle) à qui, selon la légende, le Saint Esprit aurait dicté les premières mélodies.

À partir du XIe siècle, le chant grégorien a servi de trame de fond au développement de différentes formes de polyphonies. La polyphonie basée sur le chant grégorien consistait, à ces débuts, en un ajout improvisé de nouvelles voix aux lignes musicales déjà existantes. Cette polyphonie sera à l’origine des développements les plus importants de la composition musicale occidentale et de la notation musicale qui, à la fin du Moyen-âge, s’apparentait beaucoup à la notation moderne. L’épicentre de cette florissante composition polyphonique médiévale est la polyphonie parisienne de l’école de Notre-Dame qui s’est développée entre 1160 et 1270.

L'interprétation

Il existe plusieurs approches de l’interprétation du chant grégorien. Après le moyen-âge, les monastères ont privilégié une interprétation modeste, et le font encore dans une grande majorité. Les traditions anglo-saxonnes, par exemple, ont développé une interprétation en rythme égal (dans laquelle chaque note a une valeur égale). Depuis le tournant du XXe siècle, les moines de Solesmes, célèbre abbaye bénédictine, ont travaillé à une restauration du chant grégorien selon les manuscrits médiévaux. Leurs recherches rigoureuses ont donné lieu à une meilleure compréhension de la notation neumatique du chant grégorien (les symboles utilisés pour noter le chant médiéval sont nommés neumes) chez les dernières générations de musicologues et d’interprètes. L’Ensemble Scholastica privilégie une interprétation du chant grégorien qui s’appuie sur la notation neumatique de l’importante abbaye bénédictine de St-Gall des IXe au XIesiècles, située de nos jours en Suisse. Il en résulte une mélodie grégorienne originale et souple, au rythme libre contrastant avec la tradition anglaise mentionnée plus haut et aux ornementations variées. Une interprétation qui offre à l’auditeur la possibilité d’expérimenter la remarquable joie et complexité de l’expérience monastique médiévale. Le répertoire polyphonique médiéval offre aux interprètes une importante variété de styles, de formes et de possibilités d’interprétations. Ensemble Scholastica se concentre sur les importants développements de la polyphonie et de sa notation musicale pendant les XIIe et XIIIe siècles. Les compositeurs parisiens de cette époque, dont la grande majorité demeurent inconnus, ont utilisé le répertoire grégorien comme matière première, de laquelle ils ont extrait et adapté des fragments mélodiques, pour ensuite en ajouter de nouveaux et créer des musiques à plusieurs voix. Ce répertoire reflète la pensée scolastique émergente des grands penseurs de cette époque, et a drastiquement altéré le cours de l’histoire de la musique occidentale. Un des développements les plus marquants est celui de la notation rythmique. La notation musicale moderne en résulte, bien que sa précision semble parfois à l’antithèse de la notion médiévale du rythme musical. Celui-ci pourrait plutôt être décrit comme une fluctuation entre différentes dimensions rythmiques. C’est la raison pour laquelle Ensemble Scholastica consulte également la notation originale, les éditions modernes et les avis issus de la recherche musicologique. Notre objectif consiste en l’exploration des différentes façons par lesquelles rythme et polyphonie ont interagit avec les mots et le contexte particulier du Moyen-âge, créant une expression musicale insufflée de vitalité.

Un ensemble féminin de chant grégorien

Eh oui, les femmes chantaient aussi au Moyen Âge ! Contrairement aux stéréotypes communément véhiculés au sujet de l’époque médiévale, les femmes avaient, pendant les multiples moyen-âge européens (Ve-XVe siècles), des occasions nombreuses de chanter, interpréter et composer de la musique, sacrée ou profane.

Outre quelques compositrices connues, telles qu’Hildegarde von Bingen (abbesse germanique célèbre en son temps) et la comtesse Beatriz de Dia (trobairitz ou femme troubadour), les nombreuses traditions musicales féminines incluaient les chansons de travail, chansons d’amour et chants monastiques. Tant dans les monastères d’hommes que de femmes, la composition musicale demeurait en général anonyme. Le chant et la composition musicale étaient toutefois une partie importante de la vie monastique : huit offices étaient chantés chaque jour (chaque journée de l’année comportait ses spécificités liturgiques) et incluaient des hymnes, des séquences et des psaumes, ainsi qu’une variété d’autres chants, en plus des polyphonies des jours de fêtes.

Un ensemble vocal féminin dédié à l’interprétation de la musique liturgique médiévale n’est donc en aucun cas anachronique ou ennuyant !

Direction artistique

Rebecca Bain

Direction artistique

Lire la biographie

Rebecca a étudié à l'Université McGill avant de poursuivre ses études à la Schola Cantorum Basiliensis (Suisse) où elle a complété une maîtrise en interprétation de la musique médiévale. Elle a cofondé et codirigé deux ensembles de musique médiévale reconnus internationalement :  Belladonna et l'ensemble vocal Zorgina qui se sont produits en tournées européennes et nord-américaines. Elle a chanté en tant que soliste dans des productions théâtrales avec plusieurs ensembles médiévaux reconnus, dont l'Ensemble Sequentia (Allemagne) et l'Ensemble Gilles Binchois (France). Rebecca a aussi participé à une douzaine d'en-registrements et présenté plusieurs ateliers et cours sur le chant et la musique médiévale.

Après avoir vécu 13 ans en Europe, Rebecca revient au Canada en 2004. Depuis lors, elle a participé aux projets du Toronto Consort, des ensembles  Constantinople et Mandragore; elle a aussi enseigné des cours de culture médiévale au CEGEP Marianopolis. En plus de diriger l'Ensemble Scholastica, elle est présentement l'une des directrices des Reverdies de Montréal, hôte des « Journées Médiévales ».

Pascale Duhamel

Fondatrice

Lire la biographie

Musicologue et médiéviste, elle a fondé l'ensemble, et l'a dirigé de 2008 à 2011. Elle détient un doctorat de l'Université de Montréal, un postdoctorat de l'Institut de Recherches et d'Histoire des Textes (Paris), ainsi qu'une Licence postdoctorale du Pontifical Institute of Mediæval Studies (Toronto). Elle a enseigné à l'Université de Champagne-Ardenne, et à la University of St. Micheal's College in the University of Toronto. Depuis 2008, elle enseigne l'histoire de la musique et la culture médiévale à l'Université d'Ottawa. Elle a donné des conférences en Europe, aux États-Unis, et au Canada et publie régulièrement. Elle est également horticultrice et éditrice-traductrice

Artistes

Elizabeth Elkholm

Lire la biographie

Après avoir terminé son baccalauréat en interprétation vocale, Elizabeth a obtenu une bourse du Conseil des arts du Canada pour parfaire sa formation en Europe et approfondir son expérience en opéra et en concert. Elle a obtenu par la suite un doctorat de l'Université McGill dans le domaine de la pédagogie vocale et chorale. En plus de chanter et d'enseigner, Elizabeth a été chef de chorale pendant de nombreuses années. Membre fondatrice et ancienne présidente de NATS (Association nationale des professeurs de chant) International, chapitre Montréal, Elizabeth est invitée à juger des festivals et à donner des classes de technique vocale. Passionnée par la musique ancienne, elle a chanté avec l'ensemble Les Voix Médiévales, le trio Amaryllis et est membre co-fondatrice de l'Ensemble Scholastica. Ses autres engagements professionnels incluent notamment les Chanteurs de la Cathédrale Christ Church, le choeur de l'Orchestre Symphonique de Montréal, Les Idées Heureuses et la Société Chorale de Saint-Lambert. (photo: Merdad Hage)

Jody Freeman

Lire la biographie

Choriste dans plusieurs ensembles vocal féminins depuis 1991, Jody s'est jointe à Scholastica en 2013. Elle a contribué à deux enregistrements avec l'Ensemble Rubia. (photo: Merdad Hage)

Cynthia Gates

Lire la biographie

Originaire de Montréal, Cynthia Gates a obtenu des diplômes en littérature française et en traduction avant d'étudier la musique ancienne à l'Université McGill avec Allan Fast. Elle chante professionnellement depuis 30 ans, faisant partie de plusieurs ensembles, dont le Studio de musique ancienne de Montréal, La Chapelle de Québec, VivaVoce, voces boreales, le Theater of Early Music, le choeur de la Cathédrale Christ Church et le choeur de l'Orchestre symphonique de Montréal. Elle a aussi participé à plusieurs enregistrements. (photo: Merdad Hage)

Marie-Josée Goyette

Lire la biographie

Diplômée en chant classique de l'Université de Montréal et de l'Université Laval, Marie-Josée a pu poursuivre sa formation vocale grâce au soutien de la Fondation des Jeunesses musicales du Canada et du Conseil des arts et lettres du Québec, principalement avec Adrienne Savoie à Montréal et Catherine Robbin à Toronto. Elle a également participé à de nombreuses productions d'opéra, dont "Hansel et Gretel" avec les Jeunesses musicales, où elle a joué le rôle de la sorcière pendant plus de 5 ans. On peut l'entendre sur le cd "Divins Duos", et avec de nombreux ensembles, dont le choeur de l'Orchestre Symphonique de Montréal, le Studio de musique ancienne de Montréal, l'Ensemble Viriditas et la Chapelle de Québec. Depuis 2013, elle pratique également le métier d'ostéopathe. (photo: Isabelle Michaud)

Catherine Herrmann

Lire la biographie

Spécialisée en musique médiévale et versée en musique folk, Catherine Herrmann chante depuis plus de 20 ans, s'accompagnant fréquemment avec des instruments d'époque -dulcimer, psaltérion, organetto du 14e siècle, ou plus modernes -guitare, piano. Co-fondatrice de La Compagnie Machaut, de l'ensemble a cappella Rubia, Catherine a participé à plusieurs enregistrements avec des ensembles prestigieux de musique médiévale tels La Nef ("Perceval: La quête du Graal"), le Choeur Maha, et l'ensemble vocale Rubia, en plus de réaliser son propre album solo ("Country of the Found"). Catherine s'est produite comme soliste tant sur la scène nord-américaine (Canada, États-Unis) que sur la scène internationale (France, Chine, Taiwan). (photo: Kenneth Dean)

Carole LeDez

Lire la biographie

Carole a étudié le chant et la composition en Grande-Bretagne et en France. Elle s'est produite avec l"ensemble vocal Michel Piquemal à Paris, qui se spécialise dans la musique chorale de la période romantique. Bien qu'elle ait eu l'occasion de chanter de la musique de tout genre, de la période baroque à la musique contemporaine, l'univers de la musique médiévale constitue pour elle un nouvel intérêt. Depuis qu'elle s'est jointe à l'Ensemble Scolastica en 2014, elle apprécie l'originalité de l'univers intellectuel et musical de ce répertoire. Carole étudie actuellement le chant avec Lyne Fortin. Elle est professeure de technique Alexander et masso-kinésithérapeute. (photo: Merdad Hage)

Micheline Racicot

Lire la biographie

Choriste depuis 1994 dans plusieurs ensembles vocaux. Elle a étudié la guitare classique, découvert le luth avec Bruno Cognyl-Fournier, et étudié le chant classique auprès de Gloria Polcari. En 1997 elle forme le quatuor vocal Fin'Amor et en 1999 l'ensemble Estavel qui explore les différents répertoires du Moyen Âge. (photo: Merdad Hage)

Angèle Trudeau

Lire la biographie

Diplômée de l'Université McGill en interprétation de la musique ancienne, Angèle Trudeau a poursuivi ses études à la Schola Cantorum Basiliensis du Conservatoire de musique de Bâle en Suisse, spécialisé en interprétation historique.

 

On l'a entendue récemment en tant que soliste dans les Leçons de Ténèbres de Couperin et dans le programme Languir d'amour avec l'ensemble Les Idées heureuses, dans la Missa Campanula de Karen Young avec Musica Orbium (direction Patrick Wedd), et régulièrement auprès de l'Ensemble Scholastica dont elle une des membres fondatrices.  Elle travaille comme choriste auprès de nombreux choeurs professionnels tels ceux de l'Orchestre symphonique de Montréal, de l'Orchestre Métropolitain, de même qu'avec l'Harmonie des Saisons (direction Eric Milnes). Elle s'est produite et a enregistré avec le Studio de musique ancienne de Montréal, l'Ensemble Claude Gervaise, La Volta (Musica Mystica) et l'Ensemble Scholastica.

 

Elle démontre également un intérêt pour la musique contemporaine et a participé aux projets musicaux de Karen Young (création de Missa Campanula à l'Internationale de musique sacrée de Québec et Lux Hodie pour 6 voix de femmes et harpe),  de Pierre Cartier (Chanson de Douve : Festival de musique actuelle de Victoriaville et Festival de Jazz de Montréal),  d'Isaiah Ceccarelli (Terre rouge Terre noire), et elle est présentement membre du l'ensemble vocal de musique contemporaine Voces boreales dirigé par Andrew Gray.

 

(photo: Merdad Hage)

Collaborateurs

Geneviève Soly et Les Idées heureuses

Figure incontournable de la musique baroque au Québec, la claveciniste et organiste Geneviève Soly est aussi reconnue pour ses talents de communicatrice, de vulgarisatrice et de gestionnaire.
Passionnée de l’époque baroque, elle fondait à Montréal, en 1987, Les Idées heureuses, qui a depuis produit plus de 200 concerts dans sa série régulière basée au centre-ville de Montréal et en a présenté au-delà de 400 en Amérique et en Europe.

Dorothéa Ventura

Chanteuse, danseuse, comédienne, claveciniste, coach vocal et chef de chœur, Dorothéa Ventura est très active dans le milieu artistique québécois. Elle s’est produite sur environ 350 productions, a cofondé l’ensemble ALKEMIA et l’ensemble Sonate 1704, est professeur de clavecin du Cégep de Trois-Rivières et a enregistré une quinzaine de disques, dont certains primés aux Prix Junos et Prix Opus.

Marie-Nathalie Lacoursière

Artiste multidisciplinaire, danseuse et chorégraphe, Marie-Nathalie Lacoursière est codirectrice artistique du Nouvel Opéra et directrice associée au Toronto Masque Theater depuis quinze ans. Elle a mis en scène et chorégraphié plusieurs opéras anciens et nouveaux : The men who Married himself de Juliet Palmer, Europa et Æneas and Dido de James Rolfe et toutes les œuvres scéniques de Purcell. Elle a conçu plusieurs spectacles pour le Festival Montréal Baroque dont la création contemporaine du Ballet Royal de l’Impatience de Lully ainsi que, pour le festival Saint-Riquier en France, Les Indes Galantes ou les automates de Topkapi et La Veuve Rebel. Danseuse baroque réputée pour ses personnages de la commedia dell’arte, elle a été invité à danser notamment à l’opéra de Nice et au Boston Early Music festival.

Élisabeth Gallat-Morin

Élisabeth Gallat-Morin, musicologue et claveciniste, tente depuis près de quarante ans de reconstituer la vie musicale en Nouvelle-France qui va bien au-delà des réputés chants folkloriques. En 1978, elle fait la découverte du plus volumineux manuscrit connu de musique d’orgue française, le Livre d’orgue de Montréal. En 2003 elle présente la synthèse de ses travaux, en collaboration avec Jean-Pierre Pinson, dans La Vie musicale en Nouvelle-France, publié aux Éditions du Septentrion. Elle a donné des cours dans des universités québécoises, canadiennes et françaises et de nombreuses conférences sur la musique en Nouvelle-France, participé à des colloques, à des émissions radiophoniques et rédigé des notes de disque.

Les Reverdies de Montréal

Les Reverdies de Montréal est un organisme à but non lucratif visant à faire la promotion de la musique médiévale et à créer un espace de rencontre pour les mélomanes et musiciens. Il est composé de membres de divers ensembles de musique médiévale  québécois tels La Strada, Eya, l’Ensemble Scholastica, Deus Ex Machina, ainsi que l’ensemble Estavel.

One Equall Musick

Dirigé par Rona Nadler, One Equall Musick est un ensemble vocal collaboratif se consacrant à l’interprétation des oeuvres musicales les plus raffinées du XVe siècle à aujourd’hui.